L'étoile de mer: petite, large, grande ou minuscule

Une ophiure est proche de l'étoile de mer.

L'étoile de mer bleue en aquarium
Comme chez cette étoile de mer bleue relativement proche d'une ophiure, c'est encore chez les étoiles de mer, de la classe des astéridés, que le plan d'organisation propre aux échinodermes est le plus apparent : toutes les astéries, ou presque, présentent une géométrie d'ordre cinq, dite pentaradiée, puisque, à quelques exceptions près, elles possèdent cinq bras. La face supérieure, hérissée de piquants ou d'épines, parfois poreuse, est toujours très colorée, contrairement à la face inférieure, généralement claire ou blanche. Sous les bras, on observe les pieds ambulacraires caractéristiques (placés sous l'égide du système ambulacraire), implantés dans des sillons ambulacraires.

Chez les astéries, les orifices buccal et anal ne font qu'un : il est situé exactement au milieu de la face infère. La face supérieure, observée attentivement, porte les pores très fins des plaques madréporiques, dont l'aspect rappelle celui d'un tamis : ces pores maintiennent le système ambulacraire en contact avec le milieu extérieur.

Mais la morphologie des étoiles de mer peut fortement diverger du schéma archétypique bien connu. Certaines espèces, par exemple, sont dotées de bras particulièrement longs et fins; chez d'autres au contraire, l'animal se réduit à un simple pentagone. D'autres étoiles de mer possèdent 15 bras, voire davantage encore. La taille des étoiles de mer est également variable : à peine 0,5 cm pour les plus petites espèces, tandis que les géants de ce groupe parviennent à mesurer jusqu'à 50 cm. Malgré tout, on retrouve chez toutes les étoiles de mer le même plan d'organisation. Si certaines astéries sont microphages et consomment des micro-organismes ou broutent les algues, la majorité d'entre elles suit un régime alimentaire omnivore, ou mène un mode de vie prédateur benthique. Un petit nombre enfin est inféodé à un certain type de proies, avec un régime alimentaire hyper-spécialisé.

Quelques étoiles de mer en aquarium récifal.

Une étoile de mer, l'astérie tiretée Fromia elegans
Chaque étoile de mer, comme cette superbe astérie tiretée Fromia elegans, reste un défi de conservation pour le récifaliste de haut niveau et très expérimente. Autant dire qu'avec le débutant en aquarium récifal, la cause est perdue d'avance! L'éoile de mer, quelque soit sa provenance depuis l'océan Mondial, est un animal marin extrêmement délicat en aquarium et les réussites sont rares sur le long terme. Ne vous réjouissez pas si votre étoile est là depuis quelques semaines, il est possible qu'elle meure à tout moment. Des étoiles de mer moins colorées mais utiles et faciles :
  • Les minuscules Asterinas, souvent présentes et introduiites clandestinement en aquarium marin, le sujet (discussion de forum) lié est instructif.
  • Archaster typicus, l'étoile de mer commune, très utile au fond d'un aquarium.

Des astéries nuisibles!

Des espèces sont impossibles à maintenir en aquarium à cause de leur dangerosité ou, tout simplement parce qu'elles ne sont jamais importées, et parfois, même en milieu naturel, dans les océans, ces étoiles sont nocives!

Biologie des étoiles de mer.

Les étoiles de mer sont des organismes sexués à sexes séparés : mâles et femelles libèrent leurs gamètes dans le milieu. Les minuscules larves, issues de la fécondation, mènent longtemps une vie planctonique, ne se fixant qu'ultérieurement sur un site. On connaît des espèces vivipares. Mais les astéries sont surtout connues pour leur capacité de régénération : en effet, un membre sectionné par un prédateur va souvent se régénérer et repousser; ainsi, pour échapper à un prédateur, elles sont capables d'autotomie. Il existe des espèces de moeurs nocturnes, d'autres sont diurnes.

Parce qu'elles sont belles et colorées, les astéries sont fréquemment collectées et séchées : cette pratique est absurde, lorsque l'on sait qu'elles dégagent en peu de temps une odeur nauséabonde, et perdent définitivement tous les coloris de leur livrée après leur mort. Mieux vaut donc laisser ces animaux à leur milieu et leur état naturel.